map

73 rue Edoudard Vaillant,
95870 bezons
01.39.47.67.50

Quatrième dimanche du Temps Ordinaire - Année B

Évangile selon Saint-Marc (1, 21-28)

Jésus et ses disciples entrèrent à Capharnaüm. Aussitôt, le jour du sabbat, il se rendit à la synagogue, et là, il enseignait. On était frappé par son enseignement, car il enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme les scribes. Or, il y avait dans leur synagogue un homme tourmenté par un esprit impur, qui se mit à crier : « Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais qui tu es : tu es le Saint de Dieu. » Jésus l’interpella vivement : « Tais-toi ! Sors de cet homme. »

L’esprit impur le fit entrer en convulsions, puis, poussant un grand cri, sortit de lui. Ils furent tous frappés de stupeur et se demandaient entre eux : « Qu’est-ce que cela veut dire ? Voilà un enseignement nouveau, donné avec autorité ! Il commande même aux esprits impurs, et ils lui obéissent. » Sa renommée se répandit aussitôt partout, dans toute la région de la Galilée.

 

Homélie du 4è dimanche du Temps ordinaire Année B

Messe de 11 h 00

« Au milieu de vous, parmi vos frères, le Seigneur votre Dieu fera se lever un prophète comme moi, et vous l'écouterez ». Voilà Dieu qui promet à son peuple, un prophète comme Moïse. Moïse devient ici, le modèle pour le pasteur que Dieu donnera à son peuple pour veiller sur lui et le conduire. Alors quel genre de prophète a été Moïse pour devenir ainsi la référence ?

Dans la tradition biblique, Moïse est considéré effectivement comme un grand prophète, un prophète inégalé, unique en son genre. Il a été le libérateur du peuple de Dieu qui était en esclavage au pays d’Egypte. Il a été un vrai intermédiaire entre Dieu et son peuple. Il percevait, sentait les besoins du peuple, les remontait, les présentait à Dieu. Il prenait soin du peuple, il le protégeait, il était prêt à prendre tous les risques possibles pour ce peuple, prêt à souffrir, mourir pour lui. Mais en même temps, il l’enseignait, lui transmettait les commandements, les préceptes et les lois de Dieu, il guidait ce peuple, le ramenait sur le droit chemin quand cela est nécessaire, n’hésitait pas à lui faire des remontrances. Il transmettait fidèlement au peuple les paroles et volontés de Dieu. Bref, Moïse était un véritable pasteur pour son peuple. Aujourd’hui, on parlerait de « collaborateur fidèle, dévoué et loyal ». Il reste qu’à lui donner la légion d’honneur !!!!

Voilà le genre de prophète qu’a été Moïse et voilà le genre de prophète que Dieu entend donner à son peuple. Quelqu’un qui soit capable d’accompagner, de mettre en sûreté ce peuple, de lui dire des choses fortes quand il faut les dire. C’est le faux prophète qui négocie la vérité, qui arrange les choses pour faire plaisir au peuple afin d’avoir sa faveur. Mais un vrai prophète lui dit la vérité telle qu’elle est : si c’est noir, il lui dit que c’est noir, si c’est blanc, il lui dit que c’est blanc. Il ne se situe pas dans une logique de OUI mais. C’est ça, mais pas vraiment, ce n’est pas ça mais c’est encore ça. Le prophète de Dieu doit être Vrai, Sincère, Direct. Voilà !

Et au cours de l’histoire de ce peuple, Dieu lui en a donné un certain nombre dont la réputation est incontestable. Vous avez les prophètes comme :

- Elie qui n’a pas hésité à affronter le roi Achab et sa femme Jézabel ou à ordonner la sécheresse dans tout le pays

- Osée qui à travers sa vie matrimoniale personnelle, a pointé du doigt l’infidélité du peuple dans son rapport avec Dieu.

- Jérémie qui a dénoncé l’idolâtrie et le manque de foi du peuple avec comme conséquences son exil et la destruction de la ville de Jérusalem.

- Isaïe qui a certes annoncé la venue du Messie avec des prophéties qui inspirent un avenir radieux, mais qui a tout de même dénoncé le relâchement des mœurs de ses concitoyens et a annoncé la colère de Dieu.

Comme Moïse, ils ont su chercher le bien du peuple en le guidant sur le vrai chemin de Dieu. Quand il faut percer un abcès, ils n’hésitaient pas à le faire.

Mais le vrai prophète qu’annonçait Moïse dans cette lecture, c’est Jésus. C’est lui qui devait être le prophète comme Moïse. C’est lui le nouveau Moïse. C’est dans la personne de Jésus que s’accomplit pleinement cette prophétie. Comme Moïse, il est cet intermédiaire entre Dieu le Père et son peuple. Comme Moïse, il a libéré le peuple de la servitude, de l’esclavage de Satan. Comme Moïse, il est ce pasteur plein de sollicitude, de bienveillance à l’égard du peuple. Comme Moïse, il est à l’écoute de son peuple. Il le nourrit, prend soin de lui, le guérit. Il ressuscite les morts. Mais Jésus n’était-il que le nouveau Moïse ?

A dire vrai, il était plus que Moïse, il était plus que le nouveau Moïse. Il est le Messie. Il est le Fils unique de Dieu. Il est Dieu. Il ne se contentait pas seulement de rencontrer Dieu face à face comme le faisait Moïse. C’est de toute éternité qu’il contemple la face du Père. Il est la face même de Dieu, le vrai visage de Dieu. Le Père et Lui ne font qu’UN. Il n’est pas le porte-parole de Dieu auprès du peuple. Il est la Parole vivante même de Dieu. Le Verbe incarné. Et c’est à dessein que l’évangéliste a beaucoup insisté sur l’originalité de son enseignement : « il enseignait en homme qui a autorité », nous dit l’évangile. Quand il enseigne, il ne dit pas comme les prophètes, « Oracle du Seigneur » ou bien « Parole du Seigneur. » Il dit plutôt : « En vérité, Je vous dis », « Vous avez appris qu'il a été dit... eh bien moi, je vous dis ».

Quand on a un tel prophète, chers frères et sœurs, qui est d’ailleurs plus qu’un prophète, c’est le Fils même de Dieu, c’est Dieu lui-même, quand on a un tel prophète, qu’est-ce que l’on peut encore aller chercher ailleurs ?

Chers frères et sœurs, nous avons Jésus-Christ qui nous montre le vrai chemin, qui nous dit la vérité sur notre existence. Et nous le laissons pour aller chercher encore la vérité ailleurs, dans les cercles ésotériques, dans les mouvements gnostiques, dans les philosophies bizarres, dans des pratiques extraordinaires, dans des méditations surnaturelles, dans des groupes mystiques bizarres, dans

des groupes occultes et dans des sociétés secrètes. Nous avons en Jésus Christ, la force même de Dieu et nous le laissons pour aller nous initier à des forces secrètes qui dit-on régissent l’homme et l’univers. Jésus Christ est la connaissance même de Dieu, et nous préférons aller chercher la lumière dans des soi-disant mystères de la vie et du cosmos.

L’église nous propose ici la méditation quotidienne qui nous met en relation avec Dieu pour notre bonheur et elle nous la propose gratuitement mais nous préférons aller payer, et payer cher pour faire des méditations bizarres.

C’est évidemment l’une des grandes maladies de l’homme : il aime les choses cachées. Il veut savoir toutes les restrictions contenues dans la nature. C’est l’interdit qu’il veut découvrir. Regardez Adam et Eve dans le jardin d'Eden : il laisse tous les arbres, toutes les créatures mises à sa disposition, il laisse tout cela et c’est le seul arbre dont on lui a interdit de manger les fruits, c’est cet arbre qui l’a intéressé. Et voilà là où la curiosité nous a conduits.

Sachons chers frères et sœurs que ces cercles ésotériques qui prétendent nous enseigner beaucoup de choses, nous procurer le bonheur, ne sont que des mirages pour nous égarer. Mettons-nous à l’école de Jésus Christ, ce grand prophète, ce Fils de Dieu et nous aurons la vie, la vraie vie. La vie de Dieu.

Choisissons Jésus. C’est lui le chemin, la vérité et la vie. Qu’il nous conduise chaque jour sur ce chemin ; qu’il nous conduise chaque jour vers cette vérité ; qu’il nous donne chaque jour cette vie.

Amen

Père Eustache NOBIME

285

A propos de la paroisse

La paroisse Saint-Martin de Bezons a été construite à la rue Edouard Vaillant en 1937 - 1938. Tous les fidèles, un peu plus de 400, se retrouvent à la paroisse Saint-Martin, la seule sur la Commune de Bezons. Saint-Martin de Bezons fait partie du doyenné d'Argenteuil. Le Curé de la paroisse est le Père Eustache NOBIME