map

73 rue Edoudard Vaillant,
95870 bezons
01.39.47.67.50
Paroles pour un dimanche

Paroles pour un dimanche (25)

Dt 4, 32-34.39-40 ; Ps 32; Rm 8, 14-17 et Mt 28, 16-20.

N.B La fête des mères (27 Mai 2018)

 

Moïse instruit ses compères sur la qualité de la relation qu’ils doivent avoir avec Dieu. Le Dieu qui les a choisis au milieu d’autres nations, qui les a secourus dans les épreuves, les a instruits, les a extirpés du joug de l’esclavage en Egypte.« Tu garderas les décrets et les commandements du Seigneurs que je te donne aujourd’hui, afin d’avoir, toi et tes fils, bonheur et longue vie sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu, tous les jours.» dit-il.

Pasteur pour son peuple, Moïse est en même temps un prophète de Dieu, de par sa mission. Prophète, il est celui qui parle au nom de Dieu, qui est porteur du message de Dieu, celui qui interprète les signes des temps pour y lire le message de Dieu. Et le conseil que Moïse donne à ses compères est un message de Dieu. Ce conseil résonne encore dans notre monde. Monde où nous mettons, si facilement, Dieu à la place d’un sapeur- pompier dont on ne se souvient que quand on a besoin de lui. Nombreux n’ont besoin de Dieu que trois fois dans leur vie : au baptême, le jour du mariage et lors de leurs obsèques. Le reste du temps, Dieu est un outil gardé dans l’atelier et dont on se servira le moment venu.

Septième dimanche du Temps Pascal / année B

Jean 17, 11b-19

 

 

Jésus nous envoie communiquer au monde l'amour qui est en Dieu. Pour y parvenir, il nous faut être unis. Ce que le Christ attend de de nous, c'est que nous puissions rassembler les hommes et les femmes autour de lui et que nous nous unissions à sa prière pour l'unité et la fidélité de ses disciples. Nous sommes invités à accueillir l'amour qui est en Dieu afin qu'il transforme notre vie. La Bonne Nouvelle de l’Évangile ne pourra être efficace et poter des fruits que s'il est proclamée par des chrétiens unis. C'est donc l'unité de ses disciples qui préoccupe le Christ au moment de passer de ce monde à son Père.
Puisse le Seigneur nous aider à travailler pour l' avènement d'un monde où règne l'unité, la paix et la fraternité véritable. 

Messe de l’Ascension-année B.

Marc 16, 15-20

 

Le texte que nous venons d’écoute en cette fête de l’ascension du Seigneur, clôture l’Evangile de Jésus Christ selon Saint Marc. C’est la finale de Marc dirons-nous en terme simple. Curieusement cette finale a le même temps que le début decet Evangile : l’Envoi en Mission.En effet le début de l’Evangile de Marc commence aussi par une mission que Dieu confie au prophète Isaïe : « Voici, j’envoie mon messager en avant de toi, pour préparer ton chemin.» Au cœur de cette mission, se trouve la question de la foi.

Vous le savez, il n’est pas rare d’entendre des questions du genre : « A quoi ça sert d’avoir la foi ? Qu’est-ce que ça change dans la vie. » L’histoire de l’Eglise, la vie de nombreux saints à travers les siècles, les nombreuses personnes qui ont repris goût à la vie grâce à Jésus-Christ, attestent et confirment que la Foi peut tout changer.

 

La Parole de Dieu de ce dimanche peut se résumer en cette petite phrase : "Aimer comme Jésus nous a aimés". Ce commandement de l'amour nous le trouvons tout au long de la Bible. Mais le livre se Actes des Apôtres, lu en ce dimanche, nous rappelle que cela ne va pas de soi même chez les chrétiens que nous sommes.

Homélie des 28 et 29 avril 2018 – Vème dimanche de pâques-année B.

Actes 9, 26-31 ; Ps 21, 26-29 ; 1Jean 3, 18-24 et Jean 15, 1-8.

 

« Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruits…..Car en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire. »

« Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera. »

Ces phrases font partie de ce que l’on appelle dans les évangiles des « logia- Jésus », c’est-à-dire des paroles dites par Jésus lui-même. Ici Jésus proclame des principes sans lesquels l’homme est incapable d’aucun bien et d’aucune satisfaction. Or le bien et la satisfaction sont deux choses que recherche l’homme depuis les temps immémoriaux. 

Homélie des 21 et 22 avril 2018 (Journée des vocations)
Actes 4, 8-12 ; Ps 117 ; 1Jean 3, 1-2 et Jean 10, 11-18.

 

  • « Par le nom de qui avez-vous accompli ce miracle » ? C’est la question qui a été posez à Pierre et à son compagnon par les chefs du peuple et les anciens. Le Salut ne nous est donné que par le Christ-Jésus. Personne d’autre au monde ne peut nous donner le Salut, si ce n’est le Christ, déclare Pierre devant ceux qui l’interrogent. En le disant, Pierre est bien conscient qu’il risque gros ; il risque sa vie. En effet il n’ignore pas que la loi et la religion juive, déclaraient coupable de la peine de mort quiconque faisait des prodiges en un autre nom que celui du Seigneur, Dieu d’Israël. Pire, il offense les chefs du peuple et les anciens (le sanhédrin) en leur rappelant que ce sont eux qui l’ont crucifié, mais Dieu l’a ressuscité. Lui, la pierre d’angle rejetée par les bâtisseurs qu’ils prétendent être au milieu de leur peuple.
Page 2 sur 3

A propos de la paroisse

La paroisse Saint-Martin de Bezons a été construite à la rue Edouard Vaillant en 1937 - 1938. Tous les fidèles, un peu plus de 400, se retrouvent à la paroisse Saint-Martin, la seule sur la Commune de Bezons. Saint-Martin de Bezons fait partie du doyenné d'Argenteuil. Le Curé de la paroisse est le Père Eudes Samba depuis le 11 Octobre 2015.