CHANGER DE VIE 26/A 2017 Mt 21, 28-3

Il nous arrive parfois, devant quelqu’un qui nous déçoit, de penser : « C’est fini, il ne changera jamais. » Oh ! Ces étiquettes que nous collons parfois sur telle ou telle personne ! C’est vrai aussi du regard négatif qu’il m’arrive de porter sur moi-même. Je n’arrive pas à dépasser telle addiction, telle faiblesse de caractère. L’Evangile d’aujourd’hui contient une Bonne Nouvelle, consolante et exigeante à la fois. Jésus, Lui, nous montre deux fils. L’un change dans le bon sens tandis que l’autre change dans le mauvais sens. Dieu, Lui, ne regarde pas les hommes comme s’ils étaient figés. Il les voit dans le développement de leur liberté, de leur devenir. Quel que soit notre passé, quelle que soit la phase présente de notre vie, Dieu voit plus loin. Oui, pour Dieu, il n’y a pas des bons définitifs, il y a des hommes et des femmes en pleine évolution qui avancent … ou qui reculent.

 

Pour nous aider à évoluer, à marcher plus loin à la suite de Jésus, je viens vous faire une proposition. Regardez cette affiche : VERS DIMANCHE, un recto-verso que j’ai reçu sur mon ordinateur le vendredi 22 septembre, soit 9 jours avant le dimanche où nous sommes. Le sous-titre de ce VERS DIMANCHE : ‘pour prier chaque jour l’Evangile de dimanche prochain’. Concrètement, ce n° 462 de VERS DIMANCHE a développé chaque jour l’Evangile que nous venons d’entendre, du lundi 25 septembre dernier au dimanche 1er octobre, c’est-à-dire aujourd’hui. Un simple moyen pour m’habiller quotidiennement le cœur avec des réflexions sur l’Evangile, et en même temps sur ma vie à convertir. Regardons de plus près :

Au mardi 26 septembre, je lis : « Jésus aime nous parler de la relation père-enfant. Le père représente notre origine. Il est celui qui représente la loi, celui qui aide, qui ‘autorise’ à grandir ; celui dont on hérite … Il peut aussi prendre toute la place et nous empêcher de vivre; être violent, absent … Je peux m’interroger sur ce que l’image du Père me renvoie vis-à-vis de Dieu … et en parler à Jésus, son Fils.

Au mercredi 27 septembre, je lis : «  Le père sollicite ses deux fils. Il attend donc de ses fils une réponse libre, qui les engage … Je peux m’arrêter sur tel ou tel aspect de cette demande du Père, et en tirer profit.

Au vendredi 29 septembre, je lis : les grands prêtres et anciens (donc les notables qui contestent Jésus) ont tendance à se regarder entre eux et de ne pas regarder ceux qui sont autour. Les voilà invités ici à porter leur attention sur les publicains et les prostituées, dont ils détournent généralement le regard … Je peux contempler Jésus qui détourne notre regard de ce qui brille pour l’orienter vers ceux qui nous choquent et nous dérangent … et peut-être nous appellent

Voilà ! Vous avez saisi la démarche de VERS DIMANCHE. Elle a pour but de nous inviter, à la manière de St Ignace, à laisser l’Evangile habiter notre quotidien, tout au long de la semaine.

 

PN